Semaine 4: Collaboration et durabilité

C’est la dernière semaine que nous passons ensemble. Profitons du fait que nous sommes originaires de toute l’Afrique et avons cette occasion unique de partager et d’apprendre les uns des autres sur l’important sujet de la collaboration.

Cette semaine, nous discutons de la façon de rendre la collaboration durable.

Voici quelques questions pour guider la discussion:

  1. Toute collaboration entre les radiodiffuseurs, radiodiffuseuses et les parties prenantes nécessite-t-elle un financement? Pourquoi? Ou pourquoi pas ?

  2. Comment la collaboration entre les radiodiffuseurs, radiodiffuseuses et les parties prenantes peut-elle être durable? Veuillez fournir des exemples de collaboration durable dans laquelle vous avez été impliqué dans des émissions radio.

Vous pouvez également poser des questions sur des sujets de collaboration que nous n’avons pas encore abordés. Comme toujours, nos personnes-ressources apporteront des éclaircissements et répondront à vos questions.

Nous vous rappelons que ceux d’entre vous qui font deux à trois contributions significatives chaque semaine recevront un certificat indiquant qu’ils ou elles ont participé activement à la discussion en ligne. Si vous avez manqué les semaines précédentes, sachez que vous pouvez toujours y revenir et contribuer pour vous rattraper d’ici vendredi.

Très bonne semaine à tous !

1 J'aime

Dans ma définition du terme collaboration les semaines passées, je parlais d’une collaboration de gagnant -gagnant; à ce titre toute collaboration n’a pas besoin forcément d’un financement même si les produits issus de cette collaboration peuvent rapporter de l’argent. Nous travaillons depuis longtemps avec Radio Salaki qui nous a contacté pour l’animation d’une émission dénommée « sènè ka di ». Chaque campagne agricole, Radio Salaki vient nous proposer de développer des thèmes techniques et elle va diffuser chaque fois et cela va accroître le savoir-faire des agriculteurs et agricultrices et par là, augmenter la production. Nous ne donnons pas de l’argent pour la diffusion et nous n’en demandons pas non plus en retour pour notre participation. L’action de la radio nous permet de toucher un grand public cible dans nos activités régaliennes.
Cette collaboration entre nous et radio salaki demeure et restera encore pour longtemps en ce sens que les thématiques sont nombreuses et variées et elles ont toujours besoin d’être vulgarisées auprès des agriculteurs. On ne vas jamais cesser de manger et la problématique de la sécurité alimentaire va toujours se poser à laquelle il faudra des solutions. Ce qui est sur dans notre contexte africain, il sera difficile d’avoir un technicien d’agriculture pour un agriculteur; ici un agent à lui seul doit parcourir des dizaines de villages; donc on aura toujours recours à des masses médias pour la vulgarisation agricole.

1 J'aime

Bonsoir @daouda.zerne1958
Vous ouvrez les échanges cette semaine avec une position claire comme l’eau qui coule des rochers. Manger est une nécessité quotidienne et pour y parvenir, l’agriculteur ou agricultrice doit bien produire et pour bien le faire il y a ce besoin d’accompagnement/conseil qui appelle la collaboration en tout temps. Merci!

Nous invitons les autres participants à se dépêcher car le temps va si vite. Venez nous révéler vos pensées :pensive: et perspectives sur la collaboration et la durabilité, objet de nos échanges cette dernière semaine.

Bonjour à tous,

Je vois cette notion de collaboration durable sous deux angles à ma qualité de partie prenante :

  • Premier angle (une collaboration en fonction de l’opportunité) :
    En tant que structure de représentation de la profession agricole et d’intervention (organisation, sensibilisation, plaidoyer, appui conseil et renforcement de capacités) auprès des producteurs et de leurs organisations.
    Dans le cadre de nos activités, nous faisons toujours recours aux radiodiffuseurs, dès que nous sentons la nécessité pour une large diffusion du contenu des activités. Ces radiodiffuseurs dans leur rôle d’appui aux communauté ont toujours répondu favorable à notre recours. On ne leur paye pas à hauteur de souhait dans la plupart des cas.
    Il est aussi fréquent que les radiodiffuseurs viennent prendre des interviews auprès de nous qu’ils diffuserons ou souvent même c’est un représentant de notre structure qui est invité sur un plateau ; que nous avons toujours accepté sans même avoir une idée un le financement.

On peut donc dire : tant que Nous existons et que les radiodiffuseurs existent, cette collaboration va continuer donc ELLE EST DURABLE.
Dans ce cas, la régularité et la périodicité des émissions ne sont pas calées/fixées (ou déterminées) même pendant la campagne agricole. Dans ces émissions, les thèmes sont nombreux, variés et choisis selon le besoin ou l’objectif de l’un ou de l’autre mais elles nécessitent peu de financement.

  • Deuxième angle (une collaboration bien définie):
    Ici la collaboration traite des thèmes spécifiques préalablement définis et devant résoudre des problèmes spéciaux. Les émissions doivent être diffusées en des périodes précises et de façon régulières. Elles nécessitent beaucoup de travail en avant, pendant et après les émissions nécessitant donc un financement conséquent pour la prise en charge de ces activités : les déplacements du personnel dans les villages pour recueillir des interviews et des témoignages, la recherche des personnes ressources, le suivi et évaluation des impacts, etc…
    Dans la plupart des cas, ces émissions sont financées par un bailleur, mais dès que le celui-ci se retire, l’émission est également arrêtée.
    Au début de cette Campagne agricole, la plateforme nationale des producteurs du riz (Mali) a eu un contrat de financement avec CIV/GIZ pour une émission de diffusion de la technologie du Système de Riziculture Intensive (SRI), mais le financement est acquis en retard et l’activité est reportée pour la campagne prochaine.
    Dans ce cas, les émissions NE SONT PAS DURABLES.

Comme nous avons beaucoup appris au cours de la présente discussion, je pense que nous pouvons faire des propositions pour une RADIODIFFUSION DURABLE.

Merci

1 J'aime

J’apprécie @ daouda.zerne1958 avec son concept de « gagnant – gagnant », ainsi il emporte que tous les partenaires d’une émission agricole soient enthousiastes en fournissant le meilleur d’eux-mêmes pour la réussite de l’émission agricole sinon ladite émission ne sera pas durable car à court terme, il est possible de motiver les interlocuteurs sous le prétexte de per-diem de déplacement cependant à long terme, des impondérables financiers arrivent à l’instar des intempéries climatiques car les fonds s’épuiseront inévitablement à cause de diverses raisons le plus souvent imprévisibles et l’émission verra son audience chuter par manque d’interlocuteurs de haute valeur car ces derniers ne seront plus motivés financièrement.

Cependant, il y a moyen de plancher sur la durabilité de l’émission agricole et partant de sauvegarder ou même hausser son audience auprès du public cible et cela par la fidélisation des personnes-ressources d’abord en gardant leur adresse de contact et en les consultant autant faire se peut et ensuite en les citant à l’honneur régulièrement en fonction de leurs prestations dans l’émission soit à l’occasion des événements importants de la station ( Radiodiffusion ) responsable de l’émission soit à l’occasion du début et de transition de saison agricole.

1 J'aime

Thierno DIop, directeur radio Bamtaaré Dodel Sénégal : la collaboration entre la radio et les PP doit êtes gagnante et bénéfique à tous les deux parties. Exemple dans la zone de Dodel, région de Saint Louis, la radio avait signé un partenariat avec la structure parapublique la SAED, dans le domaine de l’agriculture. La raison est qu’entre les paysans et les techniciens de l’agriculture il y avait un problème de communication sur les périodes de semences et les techniques agricoles etc.
Pour contribuer à résoudre la mésentente, la radio diffusait les émissions avec des contenus conçues en partenariat avec les techniciens chargés d’encadrer les paysans, ce qui a garantit l’accès en temps en terme de précision à la bonne information, sans avoir à se déplacer. Cette stratégie a donné de bons résultats et sans frustrations. Nous avons eu à faire de meme au niveau des techniciens de la santé. Le ministère de la santé est devenu une partenaire stratégique de la radio.

1 J'aime

Ceci est un exemple hélas fréquent de volatilité de financement d’une émission agricole rapportée ici par @ coulou:

« Au début de cette Campagne agricole, la plateforme nationale des producteurs du riz (Mali) a eu un contrat de financement avec CIV/GIZ pour une émission de diffusion de la technologie du Système de Riziculture Intensive (SRI), mais le financement est acquis en retard et l’activité est reportée pour la campagne prochaine.
Dans ce cas, les émissions NE SONT PAS DURABLES.»

Moralité , une émission agricole conditionnée par le financement extérieur en dehors du budget propre de la station pour financer certains éléments basiques tels que les consommables usuels par exemple les bandes d’enregistrement, l’energie ou les frais de communication ainsi que le paiement du salaire du journaliste , va s’arrêter sans délais car la réalité de financements extérieurs réponds à certaines rigueurs liées à la disponibilité, la collecte et la réallocation de l’épargne nationale ou du reste du monde en vue de canaliser les fonds escomptés qui ne sont pas nécessairement en phase avec la régularité de production d’une émission de radio rurale .

.

1 J'aime

Hamady Directeur de la radio Djimara FM, qui est située dans le département de Médina yero foula, région de Kolda, frontalière à la république de Gambie :
La radio à signé un partenariat avec les services de l’griculture et de l’élevage pour la réalisation d’émissions qui aident les éleveurs à régler le problème du vol de bétail dans la zone.
En plus la radio développe une collaboration transfrontalière avec la radio gambienne Bansa Fm. Ainsi, à travers des émissions, une collaboration très pratique a vu le jour des deux côtés de la frontière.

1 J'aime

Bonjour,
Les deux formes de collaboration existent:

  • La collaboration sans financement appelée partenariat gagnant-gagnant consiste en une brève association où , en fonction d’un besoin ponctuel, une partie ( radiodiffuseur ou partie prenante) sollicite l’accompagnement de l’autre. Ex: un radiodiffuseur qui anime une émission agricole, pour mieux répondre à l’attente de son auditoire, peut à l’approche de la saison hivernale demander l’accompagnement d’ un technicien d’agriculture pour ses conseils avisés sur les bonnes pratiques agricoles. En acceptant de rendre le service, le travail du radiodiffuseur gagne en qualité et le technicien d’agriculture bénéficie d’un espace de vulgarisation des techniques agricoles, d’où le partenariat gagnant-gagnant. C’est une collaboration sans financement et sans engagement écrit.
  • La collaboration avec financement est la plus fréquente. Elle nécessite l’élaboration d’un protocole d’accord qui engage les parties prenantes et les radiodiffuseurs. Dans ce cas, un cadre de collaboration existe , fixe les modalités et les conditions de collaboration. Les différents acteurs participent effectivement à la planification des activités et travaillent en synergie dans le but d’atteindre un objectif commun.
    Autrement dit, ici tous les acteurs sont impliqués dans la mise en œuvre du programme de collaboration du début à la fin. ( planification ; mise en œuvre ; suivi ; évaluation.) Cette forme de collaboration généralement durable nécessite un financement pour la prise en charge des coûts des activités. ( formation, production radio, sorties terrain etc.)
1 J'aime

Bonsoir à tous.
Nous entrons au cœur de la semaine 4, dernière semaine de notre échange sur la collaboration.
Nous sommes tous appelés à donner notre avis sur le rôle du financement et la durabilité de la collaboration.

Nous notons à travers les contributions déjà faites que d’'une part, un financement structuré à par le biais d’une convention ou contrat peut soutenir une collaboration fructueuse sur une période bien déterminée. D’autre part, une collaboration qui ne tient que sur la volonté des parties de servir la communauté (collaboration opportuniste), est exposée à divers aléas qui rendent cette collaboration instable avec une vision incertaine sur la finalité. @coulou le dit si bien:

@kamresa réitère le concept de partenariat gagnant-gagnant en ces termes:

Face à l’instabilité de cette forme de collaboration, nous avons une proposition de solution dans cette réaction de @KANT qui suggère un modèle de socialisation et de gratification en ces termes:

J’ai connu une expérience du type suscitée par @KANT dans ma station Radio Batcham à l’Ouest du Cameroun il y a une dizaine d’années, dans le cadre d’une émission dénommée ‹ Tam tam social ›, axée sur diverses questions de société et présentée par un de mes collaborateurs. Sans rémunération et sans contrat quelconque, les personnes ressources de cette émission (une avocate et un assistant social) étaient réguliers et assidus parce que valorisés par la radio même en dehors du cadre de ces émissions.

Je salue l’apport de Elhadji @E-discussions avec l’expérience de nos collègues sénégalais de qui nous apprenons que dans la recherche d’une solution commune, la collaboration peut franchir la frontière:

La richesse est dans la partage. Venons enrichir la discussion avec notre expérience et avis
@KatieB @JIMYS @Raza @KANT @Yascoul @Uyesu @seydoucamara @Serges @BAYO @Bakouan @Tata @Ide @ID-FM @rasman @Lesage @ouedsekou @MOUSSA @Innocent @Dolphe @Joseph_RED @MANU @josue @Benjamin

Bienvenue à @Pendazz @marckad @Dino @Tougma @bapoulo @pullodiallo @tseydou01. Introduisez vous à la Semaine 1 avant de passer aux échanges des semaines suivantes. Le temps va vite :thinking: partageons nos connaissances.

Merci à tous!

Bonjour à tous.
Sur les interrogations de cette semaine, voici mon avis.

Je ne pense pas que toute collaboration soit payante sauf si elle a un caractère commercial. Dans ce cas, toutes les dispositions sont prises pour que les clauses du contrat soient respectées.

Quant à la durabilité de la collaboration, elle ne peut être possible que si le respect est absolu et mutuel entre les parties. Aussi les bases de la collaboration entre les parties prenantes et les radiodiffuseurs doivent être clairement définies, à savoir, qui fait quoi? dans quel objectif?
S’il y a contribution ou financement, que les échéances soient respectées.
Merci

1 J'aime

bonsoir,
La collaboration est établie pour rendre le travail plus efficace et ainsi atteindre un résultat satisfaisant. Pour ce faire, elle permet aux membres d’une équipe de réfléchir et de travailler ensemble dans le but d’atteindre un objectif commun. Pour que cette relation de travail soit durable, il est nécessaire que chaque acteur joue convenablement son rôle et que tous soient satisfaits des résultats atteints. En un mot, la durabilité de la collaboration requiert que toutes les parties prenantes soient gagnantes, toute chose qui permet l’instauration de la confiance au sein de l’équipe, et qui favorise le désir de toujours maintenir la collaboration.
Comme exemple de collaboration durable , je partage avec vous l’expérience de la collaboration qui existe depuis 2012 entre le Resacifroat et radio Bobo dans le cadre de la promotion de l’agro-écologie en tant qu’alternative durable pour la souveraineté alimentaire et la lutte contre la pauvreté. Cette collaboration vise à susciter l’adhésion massive des femmes rurales à la pratique de l’agro-écologie.
Le choix de radio Bobo a été guidé par l’existence dans sa grille de programmes d’un espace dédié au monde rural ,intitulé : " La journée du paysan." Ce programme radiophonique qui donne la parole aux paysans tient compte de leurs besoins réels et de leurs habitudes d’écoute. C’est ainsi que le RESACIFROAT a organisé une formation sur les concepts et les enjeux de l’agro-écologie avec la participation des femmes rurales et les animateurs de la radio. A l’issue de cette formation, un plan d’action annuel budgétisé, définissant le rôle de chaque acteur , les objectifs, les activités et les résultats attendus a été élaboré et exécuté avec des résultats très satisfaisants. Comme on le dit si bien : « On ne change pas une équipe qui gagne », cette collaboration a été maintenue et chaque année un nouveau programme d’activités est élaboré et exécuté.

1 J'aime

Bonsoir à tous. La collaboration permet de résoudre des problèmes que les organisations à elles seules ne peuvent résoudre individuellement avec efficacité. La collaboration aide à améliorer la qualité de vie au sein des communautés en facilitant l’innovation et l’atteinte des objectifs durables. Les résultats positifs renforcent la collaboration, d’où les principes d’engagement mutuel et bénéfice partagé (gagnant-gagnant) réitérés ici respectivement par @Stephanie et @kamresa que je remercie pour ces développements.

Nous sommes à deux jours de la clôture de cette discussion et je rappelle que seuls ceux des participants qui auront pleinement participé, avec deux à trois contributions significatives par semaine, recevront une attestation de participation de Radios Rurales Internationales.

Nous pouvons encore bien nous rattraper en revisitant les différentes files de discussion de la Semaine 1 à la Semaine 4 pour réagir aux contributions des autres participants et donner votre propre avis. Sans toutefois oublier Le Café :coffee::hamburger: qui nous offre l’opportunité d’aborder d’autres sujets et de rencontrer d’autres participants en toute convivialité.

Merci à tous!

Bonsoir, merci de me guider sur la page en français, j’ai fait un post, peut on la récupèrer, il doit être sur la version anglaise, que faire

Bonsoir @2019duwani. Je vais rediriger votre post ici.
Merci et bienvenue!
Meli

Bonjour, chers collègues, une collaboration durable, fructueuse, est une collaboration gagnante dans les deux sens :
Une radio communautaire à besoin de produire des contenus pour les auditeurs et par les auditeurs, avec l’affirmation des services techniques. Aujourd’hui, nos radios communautaires ont besoin des ressources et les organisations ou bailleurs ont besoin de la voix des radios.
Ainsi, une bonne collaboration est basé sur la confiance et la difinitions des besoins des deux parties. Parler franchement, car quand les radios pensent que l’autre doit donner de l’argent, le travail est à moitié basé sur l’intérêt des promoteurs de radios qui pensent faire du profit. Certes sans profit, pas de radio, mais serier les priorités, nous permettrait de choisir les collaborateurs. Donc, il peut y avoir des collaborations sans financement (argent).
Pourquoi ne pas essayer de doter les médias de médias, d’autonomie en énergie solaire et en contre partie ces radios diffusent des programmes des partenaires qui d’ailleurs intéressent les auditeurs.

1 J'aime

Très bien dit @daouda.zerne1958, j’aime bien cette expression de ‹ ‹ gagnant-gagnant › ›. Chez moi au Cameroun, on dit ‹ ‹ fifty-fifty › ›. votre approche est très bonne et va susciter curiosité et même encouragement de la part des producteurs qui en doutaient encore. mais ma question est celle de savoir combien de radios feront ce sacrifice si je peux l’appeler ainsi? en dehors par exemple de radio Salaki, quel autre plateau vous a été offert pour faire pareil?
Merci

1 J'aime

Bonsoir @coulou. je partage votre point de vue entièrement. ‹ ‹ collaboration bien définie=zéro navigation à vu › ›.
je voudrais tout de même vous demandez, au cas où, bien que les règles soient fixées à l’avance et que l’une des partie ne respecte les respecte pas, que faut il faire dans ce cas?
j’ai été par exemple invitée dans une radio, l’entente entre le radiodiffuseur et moi était d’évoquer ci ou ça… mais il n’était pas question que je donne de l’argent à la fin de l’émission. Seulement après, lorsque je m’apprête à quitter, le radiodiffuseur me demande de l’argent. revenant sur ce qu’on s’était dit, il n’était pas question que je lui donne de l’argent. (Je précise ici que l’émission était en direct) L’émission en temps normal est rediffusée deux fois en semaine, curieusement, elle n’a pas été rediffusée. la tranche a été réservée à la musique.
Merci

1 J'aime

Bonjour,
Je pense qu’on peut se baser sur les défis qui ont été évoqués pendant la semaine 2 pour faire des propositions pour une collaboration efficace et durable de cette semaine.

On trouve dans les interventions des uns et des autres que la collaboration existe bien entre radiodiffuseurs et parties prenantes , mais c’est son efficacité et sa durabilité qui posent problème.
Donc, pour qu’une collaboration soit efficace et durable, il faut que toutes les parties prenantes respectent leurs engagements. Aussi, pour qu’ils respectent leurs engagements, il faut qu’ils soient motivés.
Or, cette motivation est liée à deux choses : l’atteinte d’un résultat et le gain d’un profit (argent) ; il faut donc les résoudre.

  1. l’Atteinte des résultats : je suis vulgarisateur, je dois atteindre beau nombre de producteurs. En tant que radiodiffuseur, je dois augmenter mon auditeurs, etc…
    Là, il faut des sensibilisations et des pourparlers entre parties prenantes pour définir les rôles et responsabilités (qui doit faire quoi, quand et comment etc…)
  2. le gain de profit : en tant que vulgarisateur, si je participe à l’animation de l’émission, je gagne de l’argent. je suis radiodiffuseurs, quand je diffuse l’émission, je gagne de l’argent, etc.
    Ici, on doit penser à mettre en place un plan/système interne pour assurer le financement (minime qu’il soit) du coût de l’émission car avec un bailleur externe ça risque de s’arrêter un jour.

Merci

1 J'aime