Semaine 1 : Activité de brise-glace

Veuillez lire l’introduction de la semaine 1 avant de faire cette activité.

Identifiez et décrivez en un ou deux paragraphes un endroit très fréquenté de votre zone. Ceci pourrait être un marché, un terrain de football, un champ communautaire ou une rue. Discutez avec deux ou trois personnes sur les raisons pour lesquelles elles se trouvent à cet endroit spécifique. Cliquez sur le bouton ‘’répondre’’ et publiez le résumé des réponses que vous aurez eu. Après avoir fait cela, lisez et commentez les publications des autres participants.

3 J'aimes

Cher tous et toutes,
La Glace reste intacte, pourtant il faut absolument la briser ! Nous sommes déjà en milieu de semaine et nous n’y parviendrons pas si nous ne nous engageons pas maintenant. Bon, puisque je suis seul devant la glace, je vais assener le premier coup, dans l’espoir que vous vous joigniez à moi pour que nous puissions ensemble briser cette glace.

Voici l’endroit le plus fréquenté du quartier où je travaille. Cette vue panoramique est prise de la fenêtre de mon bureau, situé au 12ème étage d’un immeuble au centre-ville de Yaoundé. Ce carrefour appelé carrefour de la Poste Centrale est l’un des lieux les plus fréquentés de la ville. Huit routes débouchent sur ce carrefour et c’est la raison pour laquelle le trafic est toujours intense ici. Il y a des feux de signalisation qui facilitent la circulation, mais il y a aussi des policiers en permanence pour maintenir l’ordre. On y perçoit également à tout moment de la journée, des piétons et des marchands ambulants.

J’y ai approché il y a un instant, un jeune homme âgé de 25 ans prénommé Pierre. Il est vendeur de cartes de recharge de crédit pour téléphones et il m’a dit qu’il préfère cet endroit parce qu’il y a beaucoup de clients et ça lui permet de réaliser de bénéfices confortables tous les jours. J’ai aussi échangé avec Christine, une jeune dame de 23 ans. Elle est gérante d’un kiosque à journaux qui attire toujours beaucoup de gens. Ces gens viennent lire les titres de journaux et elle en profite aussi pour en vendre beaucoup. Voilà l’aperçu de l’endroit le plus fréquenté de ma zone. J’ai hâte de vous lire et surtout ne vous dérangez pas ici pour la photo car une description simple peut permettre à chacun de se faire une image.
Meli

2 J'aimes

Bonsoir à tous.
Le carrefour Soudanais à Akwa est un endroit très fréquenté car des entreprises de téléphonie mobiles y sont pas loin. Nous avons des vendeurs de crédits d’appels que nous appelons affectueusement « call-boxers » qui installent de petites étagères sur lesquelles on aperçoit des bonbons, des biscuits, des cigarettes, du sucre, des arachides et pleins d’autres petites choses.Pour Nadine, mère de 3 enfants dont des jumelles, c’est ce commerce qui l’aide à envoyer ses enfants à l’école. Ce n’est certes pas grand chose comme recette journalière, mais au moins elle ne mendie pas et ses enfants ont le strict nécessaire pour s’épanouir. Comme beaucoup de femmes, elle a ses réunions tous les weekends où elle épargne et récupère quand un problème grave survient. Malgré la communauté urbaine qui vient les déguerpir de temps à autre, elle refuse de se laisser faire et poursuit son commerce au même endroit. Une vraie force e caractère ma chère Nadine.

Eric vendeur de différent types de bijoux africains est presque voisin à Nadine. Anglophone vivant dans une ville francophone, il se bat pour parler la langue française afin d’optimiser ses ventes. Sur un grand tapis rouge dresser au sol, on y retrouve différents types de bijoux ( photo prochainement) .Non seulement il est revendeur, mais il fabrique certains bijoux lui même.Quand il a bien vendu, sa ration journalière s’élève parfois à 15000F, parfois aussi il a des recettes de 1000F. Il arrive quand même à nourrir sa famille d’ailleurs, il y a peine un mois, sa femme a mise au monde une belle petite fille.
Des personnes ordinaires, qui à travers leurs histoires nous démontrent que dans la vie, il faut se battre pour subvenir à ses besoins,ne jamais baisser les bras et surtout ne jamais se compromettre dans vie.

1 J'aime

C’est beau cet endroit.

1 J'aime

Bonsoir @Carole_Leuwe. Tu viens là d’asséner un coup fort sur cette glace qui tarde à se briser. Avec l’appui des autres participants, je suis sûr que nous y parviendrons avant la fin de cette semaine. Ton récit nous plonge dans le quotidien de Douala, la capitale économique du Cameroun. Il met en exergue la nature combative des gens qui y vivent. Merci Carole :smile:

1 J'aime

Chers tous et toutes,

Chaque mercredi soir mon marie et moi coach un cours de spinning (la bicyclette stationnaire a l’intérieur). Ce cours est pour les triathlètes - les personnes qui participent dans un événement qui consiste de la natation, la bicyclette et la course à pied. Dans l’hiver, quand il fait froid, noir et neigeux dehors les gens préfèrent faire la bicyclette à l’intérieur. Nous entraînons le même groupe de personnes de janvier jusqu’à la fin août. Pour motiver les participants nous jouons la musique avec un bon rythme.

Cette semaine j’ai demandé au participants pourquoi ils/elles venaient chaque semaine a cet endroit spécifique. J’ai eu plusieurs réponses. Quelques personnes aiment l’endroit parce que c’est près de leur travail ou leur maison. D’autres personnes trouvent le cours amusant. Plusieurs personnes ont exprimé que c’est le sense de communauté qu’ils/elles aiment. Un ou deux personnes on expliqué qu’ils viennent chaque semaine parce que le cours leurs aident à préparer pour les triathlons qu’ils font dans l’été.

Voila une photo du groupe.

1 J'aime

Waoh! Merci @Blythe de nous avoir amenés dans ta communauté. A travers l’image, on voit un groupe vraiment soudé et ça donne l’envie de rejoindre l’équipe pour participer à ces activités. Avec cette contribution, nous avons donné un sérieux coup à la glace et je pense que l’intervention des participants qui n’ont pas encore réagit nous permettra de briser véritablement cette glace avant la fin de cette journée. Allons y!
Meli

Bonjour à nouveau,
Je suis content de participer à cette activité qui m’a l’air très intéressante. Je travail à Batcham mais je vis à Bangang, village voisin, à environs 7 km de ma radio. Une partie de la chaine des Monts Bamboutos se trouve dans mon village, et les terres fertiles permettent la culture des carottes, pommes de terre, choux et autres légumes à grande échelle.

Ma maison est tout près du marché qui est l’endroit le plus fréquenté du village. Il y a une gare routière qui fonctionne en permanence avec des voitures et motos qui transportent les gens. Mais la grande attraction c’est le jour du marché qui se tient tous les 3 jours. C’est l’occasion à laquelle les populations du village et localités environnantes viennent se ravitailler en vivres et vendent leurs produits agro-pastoraux. C’est un grand lieu pour le commerce à la sauvette. Il y a aussi des magasins où on retrouve les produits de première nécessité. Voici affiché des images du marché de mon village.

1 J'aime

Quelle image @Beaudelaire1, la pomme de terre à profusion. ça donne l’envie de visiter votre marché tout de suite pour acheter les pommes. Vous en cultivez aussi?
Meli

1 J'aime

Bonsoir à tous et à toutes,
C’est un grand plaisir de pouvoir échanger avec cette communauté gràce à radios rurales internationales.
Moi je vous propose ce champ communautaire comme image.Un champ d’arachide au désherbage .
Il se trouve dans mon village natale Horé Fello préfecture de Mali,située à environ 500 km de Conakry la capitale Guinéenne.Pendant la campagne agricole,les jeunes s’entraident du défrichage au désherbage jusqu’à la récolte.On l’appelle "kilé"dans la langue locale.Le déjeuné et le repas de midi sont partagés en groupe sur place. Le tout dans une ambiance cordiale.Ils sont constitués en groupements et se donnent les mains pour régler tout leur problème à travers des contributions. Ce que j’apprécie énormément.Et vous?
Regardez plutôt cette photo

3 J'aimes

Le carrefour maison du parti de Bangangté est fortement fréquenté par une catégorie de personnes entre 5h et 7h.Il s’agit de la main d’œuvre agricole. En cette saison sèche, malgré la longueur de la nuit,ils sont toujours nombreux à se retrouver dans ce carrefour, les jeunes non scolarisés, les femmes et les hommes, tous ages confondus avec entre leurs mains, une houe, une machette et des sacs de provisions pour la journée. les agriculteurs qui ont besoin de la main d’œuvre s’y rendent et chacun fait son choix le plus souvent en fonction de la tâche.Quelques années avant, cette main d’œuvre coûtait moins chère et dépendait de tout un chacun. Mais aujourd’hui, ils ont harmonisé les prix et menacent d’éloigner de ce lieu tous ceux qui ne respecteraient pas ces prix car disent certains"ils gâtent le marché’’.
Dame Louise que nous avons rencontré déclare faire ce métier depuis 5 années déjà. Lorsqu’un client se présente, il décrit ce qu’il veut faire dans son champs et elle juge ce travail avant d’accepter ou de refuser. Lorsqu’elle commençait ce métier, la journée coûtait 1000 FCFA, mais aujourd’hui cela varie entre 2500 et 3000 FCFA et va de 5h à 14h. Elle fait des efforts de travailler 5 jours sur 7: ce qui lui permet d’élever ses 4 enfants.
Paul quant à lui est jardinier. Il se retrouve obligatoirement dans ce carrefour au moins 3 fois par semaine parce qu’il a besoin de la main d’œuvre pour sa plantation de culture vivrière. il préfère choisir les personnes qui ont la quarantaine parce qu’ils font du bon travail.
Grâce à cette main d’œuvre, l’activité agricole se développe dans la ville de Bangangté.

2 J'aimes

C’est génial, l’idée de faire des champs communautaires. Sur cette photo, hommes et femmes utilisent la houe pour travailler. l’union faisant la force, le rendement ne pourra qu’être bon. Pas vrai Alpha ousmane?

1 J'aime

Votre image est sublime @Alphaousmane1. Elle met en avant les vertus de la collaboration et de l’entente en communauté. Merci pour ce partage.

Bonsoir @Ide, cette image que vous venez de peindre du carrefour maison du parti, démontre le rôle de l’agriculture dans le développement de l’économie locale. C’est un secteur à ne pas négliger. Merci.

Oui, j’en cultive beaucoup. J’ai une exploitation de 2 hectares. Je suis membre de la coopérative des pommes de terre du département des Bamboutos. Chaque année, l’Etat nous vient en appui avec les semences et les intrants pour booster la production. merci

1 J'aime

Moi, c’est Ousmane Guindo de la Radio ID-FM à Koulikoro, Mali
à Koulikoro la zone la plus fréquenté est le centre ville; on y trouve des commerçants de tout genres, grossiste aussi bien que détaillants, des boutiques d’electro-ménage, des quincailleries, des alimentations, des librairies, des petit détaillants de vente et réparation de téléphone etc etc… aligné tout au long du goudron

1 J'aime

c’est la Radio ID-FM à Koulikoro, Mali
à Koulikoro la zone la plus fréquenté est le centre ville; on y trouve des commerçants de tout genres, grossiste aussi bien que détaillants, des boutiques d’electro-ménage, des quincailleries, des alimentations, des librairies, des petit détaillants de vente et réparation de téléphone etc etc… aligné tout au long du goudron

1 J'aime

Salut Ousmane Guindo et merci de partager un aperçu du coin chaud de ta ville avec la communauté ici. Je connais Koulikoro, pour y avoir séjourné toute une semaine en juillet 2014. :relaxed: J’ai visité ce coin que tu présente, où j’ai acheté quelques articles. En se moment là, la rivière Niger qui traverse la ville était au plus bas de son débit. Comment se présente cette rivière en ce moment @Papou?

1 J'aime

Bonjour à tous. Du haut de l’immeuble siège de Radio Batcham, à Bafoussam (capitale régionale de l’ouest-Cameroun), j’essaie de briser la glace.

Radio Batcham à Bafoussam est situé au quartier Tamdja, en face de la chefferie supérieur Bafoussam. Nous sommes à l’un des carrefours les plus populaires de la ville, compte tenu de la forte présence des activités commerciales. Ici, activité formelles et informelles se mêlent. Solange, 32ans, vendeuse d’avocat, dit avoir trouvé ici son mini-eldorado. Car sa position lui permet de réaliser quotidiennement de bons chiffres d’affaires. Idem pour Victor, 38ans, qui cache à peine sa fierté, lors qu’il nous parle de ses deux maisons construites dans les villes de Yaoundé et Bafoussam, grâce à la vente des fruits tels que papayes, ananas et oranges. Il dit exercer dans carrefour depuis plus de 15ans. Que dire des entreprises qui ont leurs sièges sur place? le Pari Mutuel Urbain Cameroun (PMUC), la Société Camerounaise d’Equipements (SCE), Cameroon Telecommunication (Camtel). Des présences qui participent à l’animation de notre fameux « Carrefour PMUC »

2 J'aimes

Bonjour Christian, tu remarquera que j’ai déplacé ton post de l’introduction vers cette file qui est réservée à l’activité de brise glace. :relaxed:Merci de m’avoir permis de revivre cette image qui animait notre quotidien à l’époque où j’étais à Radio Batcham. Je constate un grand changement à l’entrée de la chefferie. Que ce passe t-il la bas? l’entrée a été aménagée?